Logo Prodipe

Logo Prodipe

Image fond NB

Guitariste professionnel Vincent Fabert

  • Ce que je recherche avant tout sur ce genre d'instrument, c'est de la polyvalence, de la stabilité, mais surtout du caractère !

    Le modèle ST80 MA simple bobinage est une des « valeurs sûres » de cette catégorie. Plus la peine de chercher. D'ailleurs, ses micros « ALNICO 5 » y sont pour beaucoup.

    Elle offre un son clean, rond et chaleureux, mais aussi un son puissant et solide. De toute façon, c'est simple, avec une ST80 on joue de tout...

    Alors à ce niveau de qualité pour 199 €, ce sera PRODIPE GUITARS ! Un point c'est tout !

Biographie

Fils du trompettiste Patrick Fabert, Vincent Fabert grandit dans un environnement qui le pousse naturellement assez tôt vers la musique. Son premier instrument sera le piano, qui lui permettra d'apprendre les bases de la musique dès l'âge de 8 ans, et c'est un peu plus tard lorsqu'à 15 ans il tombe sur un album de Led Zeppelin que nait son amour pour le rock et pour cet instrument qui désormais ne le quittera plus : la guitare. Après quelques années passées dans la classe de guitare électrique du Conservatoire de Rambouillet, Vincent commence à s'intéresser au jazz et décide de s'y consacrer pleinement, afin d'ouvrir de nouvelles portes dans son approche de la guitare. Il suit alors pendant un an des leçons particulières auprès du guitariste de jazz Frédéric Sylvestre, qui lui apprend les bases de cette musique. Puis, il intègre en 2011 la classe de jazz du Conservatoire du 13e arrondissement de Paris, où il aura la chance de poursuivre sa découverte de la guitare jazz auprès de Manu Codjia.

Enfin, il poursuit son parcours au sein du Cycle Spécialisé Musique Actuelles Amplifiées du Conservatoire Régional de Paris, de 2013 à 2016. Formation très dynamique et implantée dans le réseau professionnel, il aura l'occasion de prendre part à plusieurs expériences assez uniques ; comme partager la scène avec Marcus Miller pour l'International Jazz Day en 2015, jouer en concert la musique du projet hommage à Janis Joplin de Franck Tortiller (sous sa direction) en 2015, ou encore intégrer le groupe de Michel Fugain le temps d'un concert au Pan Piper en 2016. Il y rencontre également le guitariste Jean Michel Kajdan, qui partagera avec lui son expérience professionnelle et son approche de la guitare blues moderne.

C'est également au Conservatoire qu'il rencontre la chanteuse (et également harpiste) Lena Woods, le bassiste Matteo Casati et le batteur Amine Ouazzani, avec qui il fonde en 2015 le groupe Nobody's Cult. Partant de leurs influences communes (Led Zeppelin, Black Sabbath, Pearl Jam, Nirvana, Soundgarden, Alice in Chains, QOST, NIN...) ils développent ensemble leur propre univers au sein de leurs compositions, alternant entre riffs lourds et mélodies sophistiquées, textes introspectifs et refrains fédérateurs. Car s'ils savent envoyer fort et sans concessions, ils aiment aussi faire voyager leur musique au travers d'ambiances planantes et de phases aériennes. Et l'apport de la harpe électrique dont joue la chanteuse Lena Woods amène indéniablement quelque chose d'unique au sein d'un groupe de rock, qui leur permet d'explorer de nouveaux horizons.

Bien que Nobody's Cult soit son projet principal et au coeur de son activité artistique, Vincent aime multiplier les expériences et les nouvelles rencontres, et se produit ainsi occasionnellement dans d'autres formations.

Il accompagne la chanteuse de Nobody's Cult sur des concerts acoustiques sous son nom Lena Woods (connue également pour avoir été quart-de-finaliste de The Voice 5).

Dans un autres style, il est le binôme du guitariste/pianiste/arrangeur Marc Demais sur les spectacles musicaux pour enfants du Duo Domitille et Amaury. Il les accompagne entre autre sur leur tournée en Corée du Sud en 2015, au Salon du Livre Jeunesse 2015, et sur une vingtaine de dates au théâtre du Ranelagh à Paris en 2016 avec le spectacle « Simple comme bonjour ». Il est le seul musicien sur scène pour ces spectacles, au côté des deux comédiens/chanteurs, et se produit sur guitare acoustique.

À titre d'expérience exceptionnelle, il est appelé en 2015 pour se produire en tant que soliste au sein de l'Orchestre Symphonique Lamoureux, à l'occasion d'une série de concerts au Grand Rex sur le musique des films de Tim Burton, avec la présence sur scène pour le clou du spectacle du compositeur lui-même, monsieur Danny Elfmann. Le tout sous la direction du chef d'Orchestre américain John Mauceri.

Parallèlement à son parcours artistique, Vincent enseigne également la guitare musiques actuelles au Conservatoire de Villiers-Le-Bel, et au sein de l'École de Musique Artistic (Paris 3e).